BELVOIR, le groupe que tu aurais voulu monter

On continue l’exploration de cette scène française qui nous plaît, aride, abrupte, sans aucun égard pour le consensus, avec un groupe de parisiens monté à Bristol.

Belvoir

Il y a une tourmente brillante dans le titre Les Incendies, extrait du premier EP du groupe Belvoir, une odeur de bois fumé. La gorge brûle, les yeux pleurent, mais on y va tout de même, pour le chant scandé et les atmosphères luxuriantes qui semblent s’évader d’un cauchemar inavoué de Charles Dickens.

C’est pas mal donne à entendre tout ce que notre époque fait de mieux, et confine à prendre crânement son pied sur fond de transe rock. On espère souffler avec A Table et Môme mais ce serait mal connaître Romain Vasset et François Le Roux. D’ailleurs, qui ose encore, en 2019, offrir un instantané de notre époque sans tomber dans la bluette convenue ? On ébauche un slow triste sur Belleville, mosaïque de chroniques sur le plus passionnant des quartiers, conjonction des flux qui irriguent la capitale-monde.

Un EP de garçons pressés (écrit, arrangé, enregistré et mixé en sept jours) et consciencieux, façonné à pleines mains, ponctué de ces accidents qui laissent augurer du meilleur pour un groupe en devenir.

BELVOIR – EP Incendies | Another Records

En savoir plus : https://www.facebook.com/belvoir.cool/

Leave a Reply

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑

%d bloggers like this: