Heureusement, Saintard a sorti le parfait remède aux cœurs brisés

Avec sa nonchalance charmante, Saintard propulse le titre Paradoxe au rang des mélodies délicieusement entêtantes qu’on s’étonne à savourer dès les premières notes.

C’est qu’il le maîtrise à la perfection, ce petit rebond groovy weirdo, à l’instar de John Milk, pop hybride à la croisée des chemins, entre balade frenchie et jazz classieux. Les paroles sont pratiquement soufflées à fleur de tympans, rehaussées par un saxo sexy au possible (peut-il en être autrement avec un saxo ?). On comprend aisément que cet auteur-compositeur-interprète ait notamment pu collaborer avec Prince Wally ou Enchantée Julia.

De la luxuriance de ses références (d’illustres inconnus tels que Gil Scott-Heron, Prince, Kenny Garrett…), il tire un son original, au décalage maîtrisé. On appréciera la simplicité des textes, dépeignant, avec l’air canaille et joyeux d’un béotien des jeux de l’amour, les affres délicieuses d’une rupture. A vue de nez, cette nouvelle solitude n’est pas près de durer…

Paradoxe, Saintard (EP Calor – sortie prévue pour l’été 2019)

Images@Saintard

Leave a Reply

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑

%d bloggers like this: