• Le son

    Heureusement, Saintard a sorti le parfait remède aux cœurs brisés

    Avec sa nonchalance charmante, Saintard propulse le titre Paradoxe au rang des mélodies délicieusement entêtantes qu’on s’étonne à savourer dès les premières notes. C’est qu’il le maîtrise à la perfection, ce petit rebond groovy weirdo, à l’instar de John Milk, pop hybride à la croisée des chemins, entre balade frenchie et jazz classieux. Les paroles sont pratiquement soufflées à fleur de tympans, rehaussées par un saxo sexy au possible (peut-il en être autrement avec un saxo ?). On comprend aisément que cet auteur-compositeur-interprète ait notamment pu collaborer avec Prince Wally ou Enchantée Julia. De la luxuriance de ses références (d’illustres inconnus tels que Gil Scott-Heron, Prince, Kenny Garrett…), il tire…

  • La une

    Un peu moins aujourd’hui qu’hier

    AUJOURD’HUI Je n’avais pas l’envie. D’attendre, de t’attendre, de te voir hésiter, faire un bout du chemin sans y croire, si lentement. Je n’avais pas la force. Te savoir. Avec elle. Toi, du haut de ton piédestal démesuré. Bâti de mes propres mains. Je n’avais pas l’attention. Déficit chronique, digne conséquence de ton regard. Ces yeux-là, mon Dieu. Je n’avais pas la patience. Comme si chacun de mes mots – épurés, hésitants, condensés – provoquaient effroi et malaise. Je n’avais pas la bonne distance. Venir vers toi, c’était comme une de ces épopées solitaires. On s’y perd autant qu’on réapprend à éprouver son endurance. Que je n’ai pas. Je n’avais…