Le son

TOPS – I FEEL ALIVE

Elégant et savamment rétro, le quatuor montréalais parfait sa science de l’indé-pop nostalgique.

Oh hello Montréal!

Si le potentiel indie-pop de nos cousins d’Outre-Atlantique ne devrait plus être à démontrer (amour de miel pour Silenzio par Le Couleur, avec qui j’ai déjà eu la joie d’échanger), on aime jouer à se faire surprendre par des groupes dont le niveau de maîtrise de leur sujet laisse songeur.

En ce lundi, on doit la première claque de la semaine à TOPS, et à son dernier opus, I Feel Alive. Parce qu’en ces temps de tétanie contrainte, se rappeler des mouvements de notre corps au son d’une rythmique 70’s estivale, superposition d’ambiances ultra-lustrées en prime, entre Real Estate et Phoenix, voire une pincée de Pet Shop Boys, comme ça, sur le fil, on prend, non ?

Ce qui capte l’auditeur, connexion instantanée, ce sont les vocalises éthérées de Jane Penny ; si, par habitude ou paresse, on peut rester insensible aux ballades boudeuses fredonnées à bout de lèvres, ici, le charme opère. Chez le quatuor, on apprécie cette détermination fragile (Ok Fine Whatever), furieusement nostalgique (Pirouette, duo aux côtés du guitariste David Carriere, au redoutable potentiel dansant – le titre, pas David, enfin, à ce que je sais), tout en accueillant un moment « montée d’insuline » (le très trop sucré Ballads & Sad Movies). Côté ambiance cinématique, le quatuor sait faire (Too Much), tout en affûtant un sens du kitsch de toute élégance (Looking to Remember) ; la mélancolie pudique de Take Down tournera longtemps sur ma platine, certitude.

On a pu lire qu’avec cet album, TOPS ne faisait que rafraîchir les murs d’une demeure déjà maintes fois redécorée : la musique serait-elle, à son tour, astreinte à l’innovation à tout prix, à l’ère de la fièvre disruptive aiguë ? Le parfait goût de la parfaite tarte aux pommes de votre parfaite nounou doit-elle être revisitée, juste…parce que ? Dans un soupir de soulagement, on répondra par la négative. Et on s’en resservira une part, tiens.

I FEEL ALIVE par TOPS ­| Arbutus Records | 2020

Le titre à écouter un soir de déconfinement (« puisque je te dis qu’il a toussé derrière son masque, même pas dans son coude, et à moins d’un mètre de moi ! ») : Drowning In Paradise

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: