• La une

    Le monde d’après

    Presque dix minutes qu’il s’acharne sur la sonnette de l’immeuble, déchirant la quiétude de son exil confiné. Elle pourrait lui ouvrir, songe t’elle depuis son poste d’observation (sa terrasse, tenant plus du boudoir que d’un espace de verdure savamment aménagé ). Il a l’air si fier, le pauvre, avec son t-shirt blanc, son chino fraîchement repassé et ses Birk élimées, qu’elle se sent presque coupable. Mais, avec son placard à provisions débordant de victuailles, ses abonnements à des plateformes musicales et de films, sa bibliothèque pleine à craquer, elle n’ose pas lui annoncer qu’elle a décidé d’annuler le reste de l’année à venir. Rien que ça. Elle mord dans une…

  • Le son

    TOPS – I FEEL ALIVE

    Elégant et savamment rétro, le quatuor montréalais parfait sa science de l’indé-pop nostalgique. Oh hello Montréal! Si le potentiel indie-pop de nos cousins d’Outre-Atlantique ne devrait plus être à démontrer (amour de miel pour Silenzio par Le Couleur, avec qui j’ai déjà eu la joie d’échanger), on aime jouer à se faire surprendre par des groupes dont le niveau de maîtrise de leur sujet laisse songeur. En ce lundi, on doit la première claque de la semaine à TOPS, et à son dernier opus, I Feel Alive. Parce qu’en ces temps de tétanie contrainte, se rappeler des mouvements de notre corps au son d’une rythmique 70’s estivale, superposition d’ambiances ultra-lustrées…

  • INTERVIEWS

    Rencontre : LE COULEUR

    Interview parue pour la première fois dans Beware Mag, le 26/06/2018. On décèle une saveur douce-amère dans le son de ce groupe inspirant, adepte d’une french touch fière de sa frénésie distinguée. Réinventer la pop passe chez eux par des mélodies éthérées, avec cette désinvolture qu’on leur envie tant. Chez Le Couleur, la palette tire sur le bleu noir et la confrontation au succès apaisée. Rencontrer les membres du groupe montréalais, c’est comme faire le plein d’ondes créatives, au rythme d’un échange qu’on voudrait étirer, encore. A l’occasion de leur dernière tournée parisienne, aux couleurs (héhé) de leur dernier opus P.O.P, classieuse sérénade disco dansante et nostalgique, nous avons rencontré…

  • Le son

    Oliver Proudfoot redessine la courbe des nuages avec Oregon Grey

    Dans les déferlantes de nouveautés prêtes à en découdre avec l’écosystème luxuriant du stream, on en oublierait presque de prendre plaisir à écouter, réécouter, piste après piste, les toutes premières créations d’un artiste en particulier. Se rappeler du temps où l’on s’immergeait dans ce morceau-là des heures durant, juste parce qu’il savait se déposer avec la précision d’un orfèvre sur cette joie, ce tourment. Oregon Grey est de cette trempe. Il a la saveur de ces après-midis que l’on souhaiterait infinis ; il porte une certaine innocence estivale, la tiédeur d’une paume contre notre épaule, un peu éblouis par le soleil déclinant. L’Australien Oliver Proudfoot n’en est pas à son…

  • oracle sisters spotlight clip
    Le son

    Oracle Sisters capture la lumière avec “Spotlight”

    Quand je pense qu’on a failli passer à côté de cette sortie… La faute au grabuge ambiant et autre confinement déconfit. En me débattant dans la jungle luxuriante de la boîte mail des Gens Pressés, entre deux spams me promettant une fonction érectile parfaite et un énième orphelin proposant une part non négligeable de son héritage, j’en aurais presque supprimé l’invitation à jeter un œil au nouveau clip de mon coup de cœur 2018 (attendez…déjà ?), Oracle Sisters. Je vous avoue éprouver une certaine joie à évoquer ici, avec vous, un groupe non encore happé par les médias mainstream. Soudain, je me sens l’âme d’un chercheur ; le Pasteur de…