INTERVIEWS

Rencontre : Kele Okereke

Kele est un homme impressionnant. Le regarder au fond des yeux, c’est accepter de perdre un peu de sa stabilité et courir directement dans la direction qu’il souhaite. Charismatique, taiseux, le musicien est de ceux qui écoutent intensément, muant de simples questions en un véritable et riche échange.

À l’occasion de la sortie du nouvel album de Bloc Party, HYMNS (BMG/Infectious), Kele Okereke, front-man et leader du groupe, a accordé à Beware une interview exclusive. Évoquant sa vision de ce nouvel opus, il est revenu sur son choix de devenir musicien, ses influences.

Pourquoi ce titre pour l’album, “HYMNS”?

Cette question est intéressante… Nous avons pensé à ce titre avant même d’avoir un son précis. C’est la première fois qu’on travaille ainsi : au-delà de ce que ce terme signifie, c’est un mot puissant, un cadre idéal pour ensuite songer aux paroles, à la musique, à la direction acoustique. Il porte en lui une atmosphère.

J’ai lu que tu n’étais pas très porté nostalgie…pourtant, dans cet album, on a l’impression d’un condensé de tout un tas d’influences, que ce soit le son que tu as entendu et mixé en club en tant que Dj, du gospel, trip-hop, électro, ou encore, peut-être, le son de ASH (ndlr : le side-project de Russell Lissack, membre fondateur, avec Kele, de Bloc Party nda). Aviez-vous une ligne directrice en composant?

Oui…Je ne sais pas. Notre musique est assez frénétique et initiatique. C’est le première fois que Russell utilise sa guitare non seulement en tant qu’instrument, mais aussi en tant que texture forte. Au delà de ma carrière solo, du djing, cet album est vraiment une collaboration avec les nouveaux membres. En dix ans, en tant que musicien, artiste, mes goûts musicaux ont changé.

Je sais qu’on t’a déjà beaucoup interrogé à ce sujet mais, avec deux nouveaux dans la bande, comment s’est déroulé le travail de composition ?

Quand on a commencé l’album avec Russell, on a écrit et composé une trame, qu’on a transmise à Justin Harris (le nouveau bassiste, nda) ensuite. La phase d’écriture est vraiment un travail d’équipe.

Quand tu écris tes sons, jusqu’où peux-tu aller, afin de sortir du cadre et aller au-delà tes limites ?

C’est un équilibre à avoir. Parfois, la question n’est pas de toujours vouloir en montrer plus, frimer sur sa maîtrise technique. Il faut aussi transmettre une humeur, ne pas se répéter. Tu vas dans une direction et tu essaies de chercher des lieux différents, explorer de nouvelles sensations.

Ce nouvel album a quelque chose de très spécial : il n’est pas aisément accessible. Il faut prendre le temps de l’écouter, le réécouter pour ensuite le voir se révéler. On y découvre des sons inattendus au regard de ce que Bloc Party a déjà exploré…As-tu des retours de vos fans?

Je ne m’intéresse pas trop à la critique, je ne trouve pas cela très sain pour un artiste, je pense. Je reste un antagoniste. Si tu travailles dans l’expectative de comment ça va être reçu, tu ne te challenges pas. Mais je pense qu’au moins 50% de notre public a bien compris où on allait.

Souvent, les médias musicaux n’acceptent pas que les groupes évoluent, prennent des directions musicales différentes, comme si le public avait le droit de changer, mais pas vous, les artistes…

Je pense que c’est la question de l’offre et de la demande, une vision capitaliste de la musique où il ne s’agit plus que de consommer le son. Je ne suis pas d’accord avec cette position-là. Aucun des artistes que je respecte n’a cet idéal : ils essaient toujours de se dépasser, avec à la clef l’impact espéré ou non, mais au moins, ils tentent de nouvelles choses.

Comment te sens-tu face aux réseaux sociaux ? Bloc Party y est largement présent, vos albums sont accessibles sur les plateformes de stream ; vous semblez jouer le jeu plutôt aisément…ce qui est agréable pour les fans, à une époque où l’on a tous envie d’être des insiders

Je ne suis pas très impliqué là-dedans. Je ne suis le follower de personne, j’ai une page FB mais pour mes proches uniquement. Je n’aime pas trop l’idée d’assister à la vie de gens que je ne connais pas. Ce n’est pas ma génération, je ne trouve pas ça très sain…Les gens diront que je suis juste un homme âgé (rires).

Pour le titre “Only He Can Heal me”, quelle a été l’inspiration ?

C’est drôle parce qu’en commençant l’écriture de l’album, j’écoutais beaucoup de cantiques, de musique religieuse, comme Shalom Aleichem (il fredonne). Je voulais des voix qui résonnent, quelque chose d’épuré. Avec cette chanson, Russell et moi nous nous sommes dit que c’était une chanson importante, qui servirait de ligne directrice pour tout l’album.

Il y a quelque chose de grave dans cet album, comme une prise de conscience du passage au monde adulte, de choix cruciaux à prendre…

Dans cet album, on aborde le thème du temps qui passe, des changements dans nos vies, je suis dans ma trentaine, je ne suis plus un enfant, je suis dans une phase de ma vie où je comprends que je ne suis pas invincible. Certaines choses deviennent plus importantes que d’autres dans ma vie. On prend conscience du temps qui nous est imparti, de sorte que le temps qu’on consacre aux gens qui nous entourent ne s’en trouve que plus riche…

En tant qu’artiste, te vois-tu comme un poète, un autobiographe, ou encore un militant ?

L’artiste a un rôle à jouer dans la société. En faisant de l’art, tu es en dehors des institutions : je n’ai pas de boss, je ne suis pas dans un système. Mes valeurs, c’est de créer, ce qui est une place précieuse. Je ne crois pas que le poète et le militant doivent être séparés, il n’y a pas une seule manière d’être artiste. Le poète peut aussi être critique, sur ce qui ne va pas dans la société, remettre en cause l’establishment…

Parfois, en devenant adulte, on en vient à oublier ce pourquoi on a fait certains choix. Est-ce que tu te souviens de pourquoi tu voulais initialement faire de la musique ? Etait-ce pour prouver quelque chose à tes parents ? Est-ce que faire de la musique, c’est prendre une revanche sur les autres ?

Au début, je ne leur ai rien dit. Ce n’est qu’après avoir signé un record deal que je leur ai appris la nouvelle. Ce sont des immigrants venus d’Afrique vers l’Angleterre pour une vie meilleure, aussi l’idée que leur seul fils puisse choisir de laisser la fac de droit pour devenir musicien était une idée difficile à concevoir pour eux et c’est seulement après avoir vu que les journaux, les médias dans leur ensemble et même des proches relayaient l’existence du groupe et ses succès qu’ils ont commencé à accepter l’idée que je n’avais pas raté ma vie.

Quand je fais de la musique, je ne sens pas le besoin de prouver quelque chose, le public n’a pas besoin de ça. Je ne m’intéresse à ce que les gens pensent ou font. Je fais le moins de compromis possible, c’est tout.

Nous, Français, admirons la scène musicale anglaise, ouverte, créative…Toi, en tant qu’artiste anglais justement, quel est ton regard sur la scène de ton pays ?

Moi, j’ai grandi à Londres, et je suis allé en concert et en club très jeune. Tous les shows passent à Londres donc, très tôt, j’ai réalisé que c’était important de varier les lieux de découvertes musicales, non pas se fier uniquement à la TV. A Londres, il y a un tel melting pot, et c’est ce que j’apprécie le plus. C’est une ville tellement différente du reste de l’Angleterre…

Est-ce que tu as des gens, artistes, écrivains qui t’inspirent ?

J’essaie de rester ouvert à toute forme d’inspiration, c’est difficile de dire à quel point tu es inspiré…Je pense à Björk – sa musique tient vraiment une place spéciale pour moi – David Byrne, Al Green, je les respecte beaucoup. L’écrivain James Baldwin, et plus récemment Chimamanda Ngozi Adichie. Je découvre en la lisant que nous avons expérimenté des choses très similaires, notamment l’immigration depuis l’Afrique de l’Ouest.

Pour finir, voilà quelques images : laquelle te plaît le plus, et peux-tu me la décrire en trois mots ?

“Le scribe accroupi” (Egypte, 4e ou 5e dynastie, 2600-2350 av. J.-C., Musée du Louvre) : j’aime sa pose, il médite, ses yeux cernés de khôl sont dans un style égyptien. Je me souviens que lorsque j’étais à l’école, ma prof disait que ma sœur ressemblait à Toutankhamon à cause de ses yeux. Donc, en trois mots : “dusty peacefull eyes”.

Images @Sophie Allen & @LeLouvreParis

(Article paru pour la première fois dans Beware Mag le 16/03/2016)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: