• La une

    L’hécatombe

      via GIPHY L’hécatombe avait commencé de façon inattendue, avant même que Lou n’ait eu le temps de le réaliser. C’était Clélia qui avait porté le premier coup. Un mercredi soir, elle avait préféré regarder un polar avec son nouveau mec plutôt que de rejoindre la bande des cinq inséparables copines. Puis, cela avait été Emeline, et son dîner-couple du vendredi. Des cinq, il ne restait que trois pauvres âmes, mais Lou, Karine et Mariama tenaient bon. A trois, on peut toujours boire, draguer et débriefer les plans foireux, non ? Peu à peu, et malgré leurs liens avec le patron, elles avaient été déplacées plusieurs fois, dans leur bistro préféré,…

  • La une

    Une amie

    Elle, c’est ton toi rêvé. Elle dit ce qu’elle pense. Elle ose les tenues les plus excentriques. Elle s’octroie le droit au « non », quand cela lui chante. Elle est ton parfait opposé. Où que tu te trouves, tu entends toujours parler d’elle, comme si sa liberté fulgurante devançait chacun de tes pas. On ne tarit pas d’éloges à son égard, trop souvent, et cela a le don de t’ennuyer, tant elle semble avoir pénétré tous les interstices de ton intimité. Tu rêves d’elle, et tu te réveilles avec sa voix flûtée dans les tympans. Elle a tout, tout pour être heureuse : le métier idéal, des collègues dévoués, un mari plein…

  • La une

    Se taire (ou pas)

    Quand on s’est retrouvé, je me suis mordu la langue tout en pensant à un canard qu’on gave avant qu’il n’ait pu révéler les Grands Mystères de l’Humanité (tous les canards en sont les gardiens, en avez-vous seulement conscience ?). Me taire, à tout prix. Elle m’a souri, m’a raconté ses misères professionnelles. A peine je l’écoutais, mauvaise amie que je suis, mais j’avais mieux à faire : devais-je ou pas évoquer son nouveau mec, alias Le Mal Incarné, alias le mec que j’ai surpris la bouche malencontreusement pressée sur le (*bip*) d’un être féminin non identifié à Petit Bain (on a tous le droit de se perdre), alias Celui Qui Ne…

  • La une

    Amis, pas à demi

    Parfois, on ne sait plus comment se comporter avec ses amis. Suis-je assez compatissante ? Assez généreux ? Peut-être que j’en fais trop ? Les réseaux sociaux ne nous apportent aucun réconfort à ce sujet ; au contraire, ils aggravent notre sentiment de culpabilité : « oh non, je n’ai pas écrit de message sur son mur pour Noël! », « j’ai tagué son mec, va t’elle m’en vouloir?  », « pourquoi ne like t’elle pas mon lolcat ? ». Résultat : des amitiés tiraillées, comme si restées trop longtemps sous le soleil, des regards assassins pendant les déjeuners en terrasse et des copains qui ne rappellent plus aussi souvent qu’avant. L’ami, on en a des images préconçues, depuis le Grand…