• La une

    Un mot après l’autre

    Je me suis levée, un matin, et j’ai su que je l’aimais. Je l’ai vu, hier encore, échanger avec une foule immense. Il souriait à l’infini, les bras tendus vers le ciel, et l’infini lui répondait de son silence. Je me suis levée, ce matin, et j’ai su que nulle part ailleurs, je n’avais encore rencontré son pareil. Son pareil n’existe que dans mon imaginaire, et mes lacunes me ramènent à sa réalité. Je me suis levée, ce matin, et j’ai senti que l’air n’avait pas la même odeur, et que mes mains n’avaient plus de prise sur mon avenir. J”ai regardé par la fenêtre. Dehors, il y avait des…