« Fréquences » : d’écorce et de cuir

On pénètre dans l'exposition de Jane Puylagarde comme on entre en religion : tout ou rien. Oeuvres magnétiques, le motif se fait sobre, rugueux. Les analyses érudites et compassées peinent à  s'y retrouver. Place à la contemplation. Du bout de ses épingles à cheveux, l'artiste attaque son support, lui conférant cet aspect granuleux, sorte de peau... Continue Reading →

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑